VOTE | 87 fans

Hydrogen Magazine

THE ESSENTIALS…

HOMEGROWN OR FOREIGN WOMEN: At risk of sounding disloyal to my own kind, Canadian women…well, they just seem a bit nicer in my experience. By nicer, I mean less of them have tried to kill me!

STYLE FILE: Jeans. T-Shirt. Leather Jacket. Yes, I’m a greaser.

AN OLD FASHIONED OR A GOOD ‘OL BEER: Let’s go with IBC Root Beer.

THE GREAT ESCAPE: Skywalker Ranch. Yeah, they actually let me stay there and I do every year after completing a season of Being Human. It is there that I relearn how to sleep.

ACTOR THAT MOST INFLUENCED YOU: I wouldn’t know where to begin…Humphrey Bogart. Harrison Ford. Buster Crabbe. And let’s sprinkle a little Jimmy Stewart in there because … hey, who said nice guys can’t be bada**es. Man was a bomber pilot.

LAST TWEET: “I adore fruit. If only it could be more like paper” -Jonathan Fruitrollup 1863

GUILTY PLEASURE: Those newfangled “Video Games”

DREAM DINNER GUEST: Abe Lincoln and his date Catwoman.

ON A FRIDAY NIGTH I’D FIND YOU…Passed out on my floor with a bass guitar balanced precariously on my face.

YOU – IN 3 WORDS: Kick, Punch, Kiss.

HYDROGEN MAGAZINE: What kind of kid were you growing up in Chicago?

SAM WITWER: Long hair, beard sometimes. Ever seen Singles? I was Cliff.

HM: When did acting become the path for you and were your family on board from the get- go or were they thinking, get a 9-5 with insurance and dental?

SW: Those maniacs pushed me into it. As I said, I was Cliff. Lead singer of Citizen Dick…Or in my case, I was Stew (my middle name). Lead singer of LovePlumber. All I wanted was to get a small job somewhere and play with my band. My parents wanted me to go to college. My grades were not up to the task. This forced my parents to devise a strategy of “hey, pretend you’re an actor and try to get into college via drama divisions where they’ll give you a break for having crap grades.” I didn’t wanna do this, but they insisted I try.

Cut to me at auditions with ripped jeans and a t-shirt, sleeping on the floor when they called me in to interview. Cut to me saying things no one ever should in those interviews. Cut to me performing a Shakespeare monologue I’d learned that morning. Cut to me basically being a clueless but lucky punk who gets called out of high school 3rd period to receive a call from The Juilliard School of Drama to learn they accepted me.

So, weirdly enough, I was angry. This would be a major unexpected shift in my life. Well, maybe not entirely unexpected. When I was a little kid, I was convinced I was gonna be an actor. In any case, the surest way to provoke life to throw you a curve ball is to make plans for yourself. More often than not, those curve balls, while upsetting, lead you to exactly where you always needed to be.

HM: First impressions of Hollywood…

SW: Big blanket of smog. Big faces. Big excitement. Big loneliness. But I had this cool apartment and a chair and a sleeping bag. I was pretty psyched. When I got a couch, life couldn’t get any better.

HM: You walked into a very competitive industry where the joke is, you’re always working your last job. How do you deal with the uncertainty of it all?

SW: By having hobbies. I don’t ever get bored, because there’s no shortage of things I’d like to be doing. Making yourself a happy person makes waiting for the phone to ring a tolerable exercise. If all I could do was act, I’d be a crazy person by now. Well, crazy in a bad way…in a ‘badder’ way.

HM: Battlestar Galactica…you played Lt. Crashdown. Tell me about your experience being on that show with the kind of following it had.

SW: It was a nightmare! I saw the miniseries, wanted to contribute by guesting on an episode. Had my agent contact the casting director. Casting director came back with a series regular audition that, the moment I heard about it, I knew I’d have that role. Even three months after I’d been told I had not gotten the role, I knew I had the role…knew it was where I was going whether I liked it or not.

When they finally did call, I asked “Ok… what’s the role, though?” And they were quick to say, “Well, he’s comic relief for the show. He’s a major role and we have plans for him.”
A month later, we’re all learning that Battlestar Galactica is not meant to be a funny show, my parts are getting cut, and David Eick says to me, “Well, it’s not like he’s a major role or we have plans for him.”

So there I am. Trapped in Vancouver, under contract to a show that I desperately LOVE, but really doesn’t seem to care whether I’m there or not. I occasionally walk by in the background of a shot and say “Hi Steve.” I was climbing the walls of my Vancouver apartment feeling very taken advantage of. During all this discouraging crap, I started ad-libbing on set. Some of the actors like Aaron Douglas did…David Eick said I could, so I did too. These ad-libs would make it into episodes, which would embolden me.

After making my displeasure known to Ron Moore and David more than a few times, these two gentlemen made me a promise that they’d kill Crashdown in season 2. Well, that sounded fine to me since I couldn’t figure why they’d pay me series regular money to sit on my a**. I was bitter. I was angry. I was relieved. But mostly bitter and angry. In the many months leading up to Season 2, should someone have mentioned Battlestar or talked about how great it was, which often happened, I would quietly become furious. It was the hot new show and I had to hear about it all the time – the kinda feeling you get when the woman you love isn’t your woman and you have wrestle with that unfortunate reality.

Then something unexpected happened. I heard that Ron and Dave included me in not one, but THREE season 2 episodes. I didn’t know what that meant until I read the scripts. To my shock, Crashdown had screen time. Real events happened around this character. The third script in particular was a real surprise. The episode was called “Fragged” and it was the one that was to lead to Crashdown’s death. To my delight, the material was challenging. Really challenging. Like… mess-up-the-whole-episode-if-you-get-it-wrong challenging. So I was allowed to not just kiss this girl…I was full on taking her to bed.

Fast forward…it was tough stuff. But really so rewarding and fun. Ron and Dave have both made it privately and publicly known that they were pleased with what I did. Considering my admiration for the talent of those men, this was/is a big deal to me. And coming away from that, the ad-libbing thing has become part of how I work. Moreover, the need to take ownership creatively and contribute beyond what is normally expected from an actor is something that I took away from BSG. I love that damned show to death.

 

HM: Let’s talk about Being Human. When you first read the scripts for the show, what were your first thoughts?

SW: I opened the script. Read to page 3. Saw the word “Vampire” and then closed the script. I figured “there’s so many of these jerks, why in the hell would we need another one?” I turned down the audition. Then a smart friend of mine named Laura Terry got a hold of me and asked me “Are you turning down Being Human?”
“Yes.”
“Did you read the script?”
“Yes.”
“No you didn’t, you idiot. Read the script.”

So I cracked it again and felt very, very foolish. This wasn’t the story of a Vampire. This was the story of a drug addict who was trying to go clean. And a girl with social isolation issues, and a nerdy guy with anger issues. I just fell in love with the characters and the way that Vampire, Ghost, and Werewolf were characterized through real human issues. I’m a sucker for metaphor I guess. What I loved so much is that you could take the words Vampire, Werewolf and Ghost out of that script and it still worked. It still told the same story. So, I sheepishly called my agent and asked them to re-instate the audition and decided I was gonna make this damned thing happen.

HM: You play brooding vampire Aidan. What makes Aidan tick? Tell me about him…

SW: Aidan wants what you and I take for granted. He wants a normal life. He wants to take a girl on a date without worrying about hurting her. He wants to walk down the street among people without obsessing over when his next hit will be. He wants to sleep with a clean conscience. The show really is about how miraculous even the mundane elements of life are to a person who can never have that. He feels hopelessly broken. He’s mired in a life wrongly lived, and yet aspires to maybe find something worth living for. He catches glimpses of this every now and then, but his focus always seems to be pulled away by the reality of who and what he is.

My primary focus was always to play a drug addict. The minute I lose sight of that, is the moment the character doesn’t work. However, I AM playing a vampire…so… he’s also a serial murderer trying to straighten out. An ex-mafia hit man, if you will. I also have to give the sense, at times, that this guy has lived for 260 years. This requires a lot of fun and challenging things like reinventing the character every time we do a period-flashback. Really wanna make the point that a lot of who he is, is designed as a cover so that he might blend in with the rest of humanity. A vampire, by definition, is a liar, a parasite, a predatory force. Someone who feeds off the life force of others. Well, if you really wanna touch on what that would do to the human mind trapped in that condition, you read a lot about a lot of nasty stuff. You look to some pretty deep corners of the internet. Yeah…I’ve had some disturbed dreams.

What keeps it buoyant, though, is the humor in the show. It is not lost on those characters that a Vampire, a Werewolf and a Ghost living together in an apartment is entirely ridiculous. The fact that the show and the character can get quite funny really allows for dynamics. The show is a drama, but it’s the chemistry between these characters and the humor that happens that keeps the audience hoping these monsters will ultimately redeem themselves.

HM: Do you see any of yourself in Aidan or connect to him in any way? And is that necessary to bring a character to life?

SW: Well, I happen to look almost exactly like him. Also, I wear a leather jacket like he does. We are fairly different beyond that. Having said that, whenever you approach a character, you have to draw on some piece of yourself to bring that to life. I mean, I suppose you could fake it, but people tend to see right through that when there’s a camera shoved right up in your face. Aidan is me when I’m in certain moods, for sure. I’ve also endeavored to open him up more and more season by season. He’s closer to who I am now, than he was when he started. He smiles slightly more. He’s funnier. A little awkward at times. I like those vulnerabilities for the character, and frankly, if the character didn’t have vulnerabilities, no one would wanna watch him.

HM: People might not know that you are a Juilliard graduate and quite the musician. You perform in Los Angeles with your band The Crashtones. What kind of music would I be treated to at one of your shows and tell me about the role music plays in your life?

SW: Music is a wonderful thing, because I don’t have to ask anyone’s permission to do it. The technology is such that, for a $1000 investment, you could have a studio in your home that would cost you $100,000 back in 1996. Well, I’ve put a bit more money into it than that, but you get the point. My music is a method by which I tell some stories that maybe not everyone would like to hear or see on the stage or screen. As for the tone, it’s all over the place. It’s dark, it’s happy, it’s sad, it’s aggressive, it’s gentle, and it has a sense of humor. That element of humor, I think, is one of the most important things in just about everything I do artistically. But don’t take my word for it. Look up The Crashtones on Itunes…and then accept my sincere apologies. That second album WILL be finished this year.

HM: What’s a typical day off-set like for you?

SW: Well, right now I’m concentrating on doing as little as I can. I’m tired and I’m back home after being out of town for largely 7 months. I’m just rattling around my apartment trying to figure out what the last few months mean in the grand scheme of things. I’m writing music, I’m driving, I’m watching old movies. It’s a pretty happy place to be.

HM: What do your friends and family make of your success? What do you make of it all?

SW: I don’t think of myself as successful. I just enjoy what I do. I don’t get the sense that my friends and family see me as any different than when I was a foolish, but well intention punk high schooler. I don’t feel that different from that guy, anyway.

HM: What’s the long game?

SW: Doing the right thing because it’s right, and if you’re lucky, someone notices that. If not, then you at least have the dignity of living by a set of principles.

Ecrit par maelysmiss 

Traduction

L'ESSENTIEL ...

FEMMES DU PAYS OU ETRANGERES : Au risque de paraître déloyal envers mon pays, les femmes canadiennes ... et bien, elles semblent un peu plus gentille selon mon expérience . En parlant de gentilles, je veux dire que moins d'entre elles ont essayé de me tuer !

STYLE : Jeans . T-shirt . Veste en cuir . Oui , je suis un "greaseur" (de Grease le film) .

Un vieux vêtement ou une bonne bière : Allons y pour la IBC Root Beer .

LA GRANDE ÉVASION : Skywalker Ranch . Ouais , ils me laissent partir et je le fais chaque année après avoir terminé une saison de Being Human . C'est là que je réapprendre à dormir .

Acteur le plus influent : je ne sais pas par où commencer ... Humphrey Bogart . Harrison Ford . Buster Crabbe . Et nous  saupoudrons  d'un peu de Jimmy Stewart là parce que ... bon, qui a dit que les gentils mecs ne pouvaient pas être des botteurs de fesses. cet homme était un pilote de bombardier .

Dernier tweet : " J'adore les fruits . Si seulement ça pouvait être plus comme le papier " - Jonathan Fruitrollup 1863

Plaisir coupable :  Jeux Vidéo

un convive de rêve :Abe Lincoln et son rencard Catwoman .

Un vendredi soir où  je  te trouverais ... Parterre avec une basse, en équilibre précaire sur mon visage .

Toi en 3 mots: coup de pied, guignol , bisous .

HYDROGENE MAGAZINE : Quel genre d'ado vous étiez à Chicago ?

SAM WITWER : cheveux longs , de la barbe parfois. Jamais célibataire ? J'étais cliff.


HM : Quand vous avez décidé de suivre votre chemin , votre famille était embarquée avec vous ,que pensait elle, est ce qu'ils ont pris une assurance?

SW : Ces fous m'ont poussé . Comme je l'ai dit, j'étais Cliff . Le chanteur de Citizen Dick ... Ou dans mon cas , j'étais Stew (mon prénom ) . Le chanteur de LovePlumber . Tout ce que je voulais, c'était avoir un emploi quelque part et jouer avec mon groupe . Mes parents voulaient que j'aille à l'université . Mes notes n'étaient pas à la hauteur . Cela a forcé mes parents à élaborer une stratégie  " hey , prétends que tu es un acteur et essayes d'aller à la fac par le théâtre . " Je ne voulais pas le faire, mais ils ont insisté pour que j'essaie .

J'allais aux auditions avec des jeans déchirés et un t-shirt , je dormais sur le sol quand ils m'ont appelé pour une entrevue . J'ai dit des choses que personne jamais n'a dit dans ces entretiens . J'ai fait un monologue de Shakespeare que j'avais appris le matin . j'étais un punk naïf mais chanceux qui a reçu en terminal un appel de la Juilliard School of Drama , ils m'ont accepté .

Donc , bizarrement , j'étais en colère . C'était un changement inattendu majeur dans ma vie . Eh bien, peut-être pas tout à fait inattendu . Quand j'étais gamin , j'étais convaincu que j'allais être un acteur . Dans tous les cas , le moyen le plus sûr de provoquer la vie c'est de jeter un pavé dans la marre. Plus souvent qu'autrement , ces pavés, tout en vous  bouleversant, vous conduisent exactement où vous avez toujours besoin d'être .

HM : Les premières impressions de Hollywood ...

SW : Grandes célébrités . Grande excitation . Grande solitude . Mais j'ai eu un appartement cool et une chaise et un sac de couchage . J'étais assez excité . Quand je suis arrivé avec un canapé , la vie ne pouvait pas être mieux .

HM : Vous est entré dans une industrie très concurrentielle où la plaisanterie est que vous travaillez toujours avec votre dernier emploi . Comment réagissiez-vous à l'incertitude de tout cela ?

SW : En ayant des hobbies. Je ne m'en lasse pas , car il ne manque pas de choses que je voudrais faire. Si faire une personne heureuse est d'attendre que le téléphone sonne ,c'est un exercice intolérable . Si tout ce que je pouvais faire, c'était fait , je serais fou maintenant . Eh bien , fou dans le mauvais sens ... d'une manière « méchante ».

HM : Dans Battlestar Galactica ... vous avez joué le lieutenant Crashdown . Parlez-moi de votre expérience dans cette série.

SW : C'est un cauchemar ! J'ai vu la mini-série , ils voulaient un guest star dans un épisode . Mon agent a contacté le directeur de casting . Le Directeur de casting est revenue avec une audition qui , au moment où j'en ai entendu parler , je savais que j'aurais ce rôle . Même trois mois après , je savais que j'avais le rôle ... je savais que c'était l'endroit où j'allais aller.

Quand ils ont finalement appelé, j'ai dit " Ok ... quel est le rôle , ? " Et ils étaient prompts à dire : 'Eh bien , il est comique pour la série. Il s'agit d'un rôle important et nous avons des plans pour lui. "
Un mois plus tard , nous avons appris que Battlestar Galactica n'est pas destinée à être une série drôle, mes scènes ont été coupées, et David Eick m'a dit : «Eh bien , ce n'est pas comme s'il s'agissait d'un rôle majeur ou nous avons des plans " .

Donc, je suis là . Pris au piège à Vancouver , sous contrat dans une série que j'aimais désespérément , mais ils ne semblaient pas se soucier de savoir si j'étais là ou pas . J'ai fait de la figuration où je disais "Salut Steve " Je montais les marches de mon appartement à Vancouver . Pendant toute cette période décourageante, j'ai commencé  en improvisant sur ​​le plateau. Certains des acteurs comme Aaron Douglas ont dit à David Eick que si je pouvais , il le ferait aussi aussi.

Après que Ron Moore et David aient eu connaissance de mon mécontentement , ces deux messieurs m'ont fait une promesse qu'ils tueraient Crashdown dans la saison 2 . Eh bien, ça sonnait bien pour moi ,je ne pouvais pas comprendre pourquoi ils me payaient pour m'asseoir sur mes fesses toute la journée. J'étais amer . J'étais en colère . J'ai été soulagé . Mais surtout, amer et en colère . Dans les nombreux mois qui ont précédé la saison 2 , si quelqu'un a mentionné Battlestar ou parlé de ça , ce qui est souvent arrivé , je me mettais en colère.  c' était la nouvelle série du moment et j'ai dû en entendre parler tout le temps - comme le sentiment que vous avezz lorsque la femme que vous aimez n'est pas votre femme.

Puis, quelque chose d'inattendu s'est produit . J'ai entendu dire que Ron et Dave m'avaient inclus dans pas un, mais TROIS épisodes de la saison 2 . Je ne savais pas ce que cela signifiait jusqu'à ce que je lise les scripts. J'étais choqué, Crashdown avait des scènes. Des événements réels qui se sont passés autour de ce personnage . Le troisième scénario en particulier, était une véritable surprise . L'épisode a été appelé " Fragged " et c' était celui qui devait conduire à la mort de Crashdown . À mon grand plaisir , ça a été difficile . Vraiment difficile . Comme ...du gâchis -- tout - l'épisode . Donc, j'ai été autorisé non seulement à embrasser cette fille ... J'étais aussi au lit .

Avance rapide ... c'était des choses difficiles . Mais vraiment si enrichissantes et amusantes . Ron et Dave ont tous deux fait savoir publiquement et en privé qu'ils étaient heureux de ce que j'ai fait . Considérant mon admiration pour le talent de ces hommes , ce fut un gros problème pour moi . Et de se détacher de cela est devenue partie intégrante de la façon dont je travaille. En outre , la nécessité de prendre en charge la façon créative et contribuer au-delà de ce qui est normalement attendu d'un acteur est quelque chose que j'ai appris de BSG . J'adore cette série des damnés à mort .

 

HM : Parlons de Being human. Lorsque vous avez lu le script pour la première fois  , quelles ont été vos premières pensées ?

SW : J'ai ouvert le script . j'ai lu la page 3 . Vu le mot « vampire », puis fermé le script . J'ai pensé " il y a beaucoup trop de ça, pourquoi diable aurions-nous besoin d'un autre vampire ? " J'ai refusé l'audition . Puis une amie à moi qui s'appelle Laura Terry ,s'est emparé de moi et m'a demandé: « Est-ce que tu refuses l'audition de Being human humain? "
" Oui . "
" T'as lu le script ? "
" Oui . "
" Non tu l'as pas fait, t'es un idiot .
Lis le script . "

Alors j'ai craqué à nouveau et je me sentais très , très stupide . Ce n'était pas l'histoire d'un vampire . C'était l'histoire d'un toxicomane qui tentait d'être clean. Et une fille avec des problèmes d'isolement social, et un mec ringard avec des problèmes de colère . Je suis tombé amoureux des personnages et la façon dont les vampire , fantôme , et loup-garou ont été caractérisées par des questions du réel . Je suce le sang en métaphore , je suppose. Ce que j'ai aimé le plus, c'est que vous pouvez prendre les vampire , loup-garou et fantôme en dehors du script et ça marche toujours . ça ne raconte pas toujours la même histoire . Donc, j'ai  timidement appelé mon agent et je lui ai demandé une audition et j'ai décidé que j'allais faire cette chose .

HM : Vous jouez le menaçant vampire Aidan . Ce qui motive Aidan ? Parlez-moi de lui ...

SW : Aidan veut que ce que nous avons,vous et moi pour acquis . Il veut une vie normale . Il veut emmener une fille en rencard sans se soucier de lui faire mal . Il veut marcher dans la rue parmi les gens sans être obsédé par sa prochaine victime. Il veut dormir avec une conscience propre . La série est vraiment sur ​​la façon miraculeuse ,même sur  des éléments ordinaires de la vie ; qu'une personne ne peut jamais avoir. Il se sent irrémédiablement brisé. Il a été embourbé dans une vie à tort , et pourtant aspire à trouver peut-être quelque chose de vie. Il entrevoit ça de ce temps en temps , mais ça semble toujours être arraché par la réalité de qu'il est .

Mon objectif principal a toujours été de jouer un toxicomane . Dès que je le perds de vue , le personnage ne fonctionne pas . Toutefois , je joue un vampire ... alors ... il est aussi un tueur en série . Un ex- de la  mafia , si vous voulez. Je dois aussi donner du sens , à certains moments, ce gars a vécu pendant 260 ans. Cela nécessite beaucoup de plaisir et des choses difficiles comme réinventer le personnage chaque fois . Vraiment j'ai envie de faire le point sur ce qu'il est, il est conçu comme une couverture pour qu'il puisse se fondre dans le reste de l'humanité . Un vampire , par définition , est un menteur , un parasite , une force d'éviction. Quelqu'un qui se nourrit de la force de la vie d'autrui . Eh bien, si vous pouvez penser à ce que cela ferait à l'esprit humain d'être piégé dans cet état , vous avez lu beaucoup de choses sur beaucoup de choses désagréables . Vous regardez sur Internet . Ouais ... J'ai eu quelques rêves perturbés.

Il est porteur, cependant, de l'humour dans la série. On n'est pas perdue sur ces personnages , un vampire , un loup-garou et un fantôme vivant ensemble dans un appartement ;c'est ridicule . Le fait que la série et les personnages peuvent être assez drôle, permet vraiment une dynamique . La série est un drame , mais c'est l'alchimie entre ces personnages et l'humour qui se passent qui maintient le public en espérant que ces monstres pourront finalement se racheter .

HM : Est ce que vous voyez un peu de vous dans Aidan est ce que vous vous connectez toujours à lui ? Et est-ce nécessaire d'amener un personnage à la vie ?

SW : Eh bien , il m'arrive de ressembler presque exactement à lui . Je porte une veste en cuir comme il le fait . Nous sommes assez différents . Cela dit , chaque fois que vous approchez un personnage, vous devez dessiner un morceau de vous-même pour le mettre en vie . Je veux dire, je suppose que vous pourriez faire semblant, mais les gens ont tendance à voir à travers la caméra et à travers vos yeux. Aidan est moi quand je suis dans une certaine humeur , pour sûr . J'ai aussi essayé de l'ouvrir de plus en plus au fil des saisons . Il est plus proche de qui je suis maintenant , qu'il ne l'était  pas quand j'ai  commencé . Il sourit un peu plus . Il est drôle . Un peu maladroit parfois . J'aime ces vulnérabilités pour le personnage , et franchement , si le personnage n'avait pas été vulnérable , personne ne voudrait  le regarder .

HM : Les gens pourraient ne pas savoir que vous êtes diplômé de Juilliard et musicien . Vous faites des concerts à Los Angeles avec votre groupe Les Crashtones . Quel genre de musique il s'agit et quel rôle joue la musique dans votre vie ?

SW : La musique est une chose merveilleuse , parce que je n'ai pas à demander la permission à quiconque pour le faire . La technologie est telle que , pour un investissement de 1000 $, vous pourriez avoir un studio dans votre maison alors que ça coûtait $ 100 000 en 1996 . Eh bien , j'ai mis un peu plus d'argent . Ma musique est une méthode par laquelle je dis des histoires que peut-être pas tout le monde aimerait entendre ou voir sur scène ou à l'écran . En ce qui concerne le ton , il est un peu de tout . Il est sombre, heureux , triste ,  agressif , doux , humoristique. Cet élément d'humour , je pense , est l'une des choses les plus importantes dans à peu près tout ce que je fais artistiquement . Allez voir les Crashtones sur Itunes ... et puis acceptez mes sincères excuses . Le deuxième album sera terminé cette année .

HM : qu'est ce qu'une  journée typique quand vous ne tournez pas?

SW : Eh bien, en ce moment je me concentre à en faire le moins possible. Je suis fatigué et je suis de retour à la maison après avoir été en tournage pendant 7 mois . Je suis dans mon appartement à essayer de comprendre ce que ces derniers mois signifient. J'écris la musique , je conduis, je regarde de vieux films . C'est un endroit très heureux .

HM : Qu'est-ce que vos amis et votre famille font de votre succès ? Que pensez-vous de tout cela ?

SW : Je ne le considère pas comme un succès . J'aime ce que je fais. Je n'ai pas l'impression que mes amis et ma famille me voient comme différent que lorsque j'étais fou , punk au lycée . Je ne me sens pas si différent de ce gars-là , de toute façon.

Ecrit par maelysmiss 
Ne manque pas...

Découvre le hors-série de notre magazine HypnoMag, consacré à la série Roswell qui fête ses 20 ans !
HypnoMag | Hors-série 20 ans Roswell

Tentez de gagner une HypnoCard Collector Roswell grâce à notre jeu HypnoChance !
Tirage au sort le 15/10 | Collector Roswell !

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente

La musique
28.08.2019

Musiques
27.08.2019

Musiques
26.08.2019

Musiques
25.08.2019

Musiques
22.08.2019

Musiques
21.08.2019

Musiques
17.08.2019

Musiques
17.08.2019

Actualités
HypnoAwards 2018 #04

HypnoAwards 2018 #04
Les HypnoAwards sont de retour cette année. L'actrice Meghan Rath est nominée dans la catégorie...

Photo du mois : Meaghan Rath

Photo du mois : Meaghan Rath
L'actrice Meaghan Rath est à l'honneur pour la photo du mois en cours. A vous de départager dans...

Film : Fear Island : L'île meurtrière

Film : Fear Island : L'île meurtrière
Le film "Fear Island : L'île meurtrière" avec Kyle Schmid sera diffusé ce soir 22h30 sur D17. Kyle y...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Pour fêter ce début d'année, un nouveau sondage est en ligne! Alors, dites nous tout: Quelle est...

Bonne année!

Bonne année!
Toute l'équipe de Being Human HW vous souhaite une excellente année 2016! ...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

De quel membre du cast de 'Being Human' suivez vous le plus l'actualité?

Total : 56 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

quimper, Hier à 20:45

Les quartiers Sherlock et Rizzoli & Isles proposent de nouvelles PDM. N'hésitez pas à passer

pretty31, Hier à 21:26

Les jeux d'Halloween vous attendent sur HypnoClap, et quelques chapeaux de sorcières sont encore disponibles pour "Un bonbon ou une cards ?"

pretty31, Hier à 21:26

qui vous permettra peut être de gagner ... Une HypnoCard ^^

Locksley, Aujourd'hui à 11:26

Dernier jour pour vous inscrire au tirage au sort permettant de gagner une HypnoCard Collector Roswell Bonne chance !

serieserie, Aujourd'hui à 15:31

Sortez votre plus belle Plume! L'HypnoPlume vous attend

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site